Cette usine coûtera 47 millions d’euros. Combien cela va-t-il coûter aux usagers ?

Tout d’abord, en matière de coûts de gestion des déchets ménagers payés par l’usager, il convient de distinguer les coûts de collecte et ceux de traitement. Les premiers sont fixés par les communes ou groupements intercommunaux qui assurent la collecte des déchets. Les seconds relèvent effectivement de la responsabilité du SMTD 65. Les investissements engagés pour la réalisation de l’UTV 65 ne pourront donc être répercutés que sur les coûts de traitement.

Actuellement, ceux-ci s’élèvent à 100 € la tonne. Avec l’augmentation automatique de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes), programmée dans la loi de finance de 2009 et qui s’applique à la mise en stockage des déchets ménagers, ce coût sera de 105 € en 2015. Si l’on y ajoute les effets de l’inflation, on sera alors proche de 110 € la tonne.

À partir du 1er janvier 2016, il n’y aura plus de centre de stockage opérationnel dans les Hautes-Pyrénées. Le SMTD 65 n’aura alors pas d’autre choix que d’envoyer les ordures ménagères dans une installation située hors du département. La plus proche est celle de Montech, qui est située dans le Tarn-et-Garonne, à plus de 200 km de Tarbes. Ce qui entrainera une augmentation significative des coûts de traitement, puisqu’il faudra payer, outre la mise en stockage, des coûts de transports en plus ! Ceux-ci seront de l’ordre de 40 € minimum la tonne.

Cette situation ne sera heureusement que provisoire. L’UTV 65 doit en effet être mise en service à l’automne 2016. Les coûts de traitement seront alors de 115 € la tonne. A ce moment-là, il en coutera donc moins cher à l’usager puisque le SMTD 65 n’aura plus à envoyer les ordures ménagères dans un centre de stockage situé hors du département.

Par contre, si ce projet ne se fait pas, il faudra continuer à exporter les déchets. Et il faudra le faire tant qu’une nouvelle installation n’aura pas été mise en place dans les Hautes-Pyrénées pour traiter les 70 000 tonnes d’ordures ménagères qui sont produites chaque année sur le département. Ce qui, on s’en doute,  peut prendre plusieurs années. Le surcoût généré par les transports sera alors de l’ordre de 3 millions d’euros, que les usagers devront bien évidemment payer ! Avec en plus des augmentations prévisibles chaque année !

Autrement dit, la mise en service de l’UTV 65 n’entrainera aucune augmentation des couts de traitement. Par contre, si le projet ne voit pas le jour ou s’il est reporté sine die, il en coutera beaucoup plus cher à l’usager !